La traversée des Ecureuils, sous le soleil de mars


Nous nous retrouvons à 9h15 au parking de la Gardiole, ce dimanche 3 Mars. De nombreuses voitures sont déjà présentes : randonneurs et grimpeurs ont « senti » que la journée serait belle : pas un souffle de vent et le ciel promet d’être bleu. Un véritable écart thermique nous attend, quand on songe que le dimanche précédent, les calanques étaient plongées dans l’hiver, balayées par le mistral et le grésil. Nous passons donc allègrement des bonnets de ski aux lunettes de soleil !

Du parking nous marchons en direction d’en Vau puis à mi-chemin, on bifurque pour monter jusqu’au col de l’Oule (tracé marron). Corinne nous rejoint à ce moment, tout juste débarquée du bateau qui la ramène de Corse après une semaine de ski de rando .Nous serons donc onze !

Du col, nous avançons jusqu’à la mer au dessus de la calanque de l’Oule et de sa « marmite » (ou « creux de l’Oule »), tout en bas. On monte un peu à gauche, contournons une arête, descendons le long d’une fissure avant de longer une falaise impressionnante : Il s’agit du secteur d’escalade des futurs croulants, ou débute la grande voie qui porte ce nom, dans laquelle se lancent justement des grimpeurs au moment ou nous passons.

Notre traversée porte bien son nom : une succession de courtes descentes et montées d’escalade avec des cheminements sur des vires et corniches, souvent étroites et à flanc de falaise. Cela nécessite une attention soutenue, et bien souvent, l’usage simultané des pieds et des mains, une espèce de rando à quatre pattes, quoi !

Nous longeons à nouveau une grande et belle falaise circulaire dont le calcaire blanc est parsemé de trous (le secteur Sébastien), puis grimpons un mur jusqu’à un gros arbre derrière lequel une large terrasse nous attend, lieu idéal pour « casser la croûte », face aux fascinantes « orgues » de Castelviel… Maxime ne résiste pas à l’appel d’une belle aiguille qui s’élance au dessus du vide, au bout de notre « terrasse ».Il grimpe jusqu’à son sommet et parvient à s’y tenir debout, suivi de Jean-Michel .Une pensée pour Gaston Rebuffat …

Isabelle a tout juste le temps d’une micro-sieste au soleil après le repas (qui s’est terminé par un super gâteau fait par devinez qui), et nous voilà repartis sur nos vires et pas d’escalade.

Un passage en particulier est difficile à « protéger » .Il s’agit de monter dans un mur puis de le traverser, sans qu’il soit possible de fixer une sangle à mi-chemin, afin que la corde nous suive dans ce « virage ». Nous sommes plusieurs à ramer un brin dans ce pas, et cela « tombe » sur Lucie qui monte, traverse, mais glisse soudain et chute un bon mètre plus bas avant que la corde la retienne. Elle s’en sort avec une écorchure et une belle frayeur. Ces passages rocheux successifs et très ludiques n’ont l’air de rien et surtout, on oublie vite qu’ils se trouvent à flanc de falaise et donc le plus souvent, perchés eux-mêmes au dessus du vide. Cet incident me rappelle à quel point les cordes sont vitales : elles empêchent une chute incontrôlable jusque tout en bas…

Nous atteignons un beau rappel qui se termine sur une pente sableuse que l’on traverse en oblique sans se désencorder, jusqu’ à un pin ou le terrain est plus stable. Puis on grimpe à nouveau… jusqu’à une gorge qui s’ouvre dans le rocher. Large de six mètres, elle surplombe la mer tout en bas, mais alors très très loin en bas ! A cet endroit précis un pin à eu la gentillesse de pousser à l’horizontale, ce qui nous permet d’atteindre l’autre rive en traversant sur son tronc, vachés sur une main courante bien tendue que Jean Michel nous a installé .Le jeu consistera à franchir ce passage pas très naturel en gardant l’air le plus naturel possible, quelle que soit la position adoptée (debout, assis, couché, vautré).

On passe ensuite sous la brèche de Castelviel jusqu’à une large et belle cheminée verticale qui nous permettra d’atteindre, environ dix mètres plus haut, le trou du canon. Plusieurs versions possibles : grimper dans un boyau étroit, ou une cheminée plus large équipée de 3 sangles, ou encore passer à gauche dans une dalle jusqu‘au sommet. Corinne et Maxime passent en tête et nous voila rapidement réunis au trou du canon, véritable fenêtre transperçant la falaise : un coté au soleil ou se profile la traversée « Ramon », l’autre déjà dans l’ombre au dessus de la calanque d’en Vau. Maxime a découvert un relais marrant, fixé dans le plafond d’un toit : suspendu dans son baudrier, il expérimente les joies d’un youpala pour grand ! S’ensuit une discussion (j’en suis) de nanas au sujet des « séquelles de youpala » chez les enfants…

Enfin bref.

Du trou du canon nous descendons jusqu’à la calanque d’en Vau, puis remontons à gauche un sentier bleu de « grimpeurs », afin d’éviter une partie du chemin long et monotone qui remonte à la Gardiole. Puis nous retrouvons un large sentier plat. Alors quoi…plus besoin de surveiller ses pieds ? Super, c’est le moment de jacasser !! Ce que nous allons faire jusqu’au parking. Calanques, grimpe, discussions : un triptyque fabuleux.


  • JPEG - 860.7 ko JPEG - 860.7 ko
  • JPEG - 741.6 ko JPEG - 741.6 ko
  • JPEG - 289.2 ko JPEG - 289.2 ko
  • JPEG - 198.6 ko JPEG - 198.6 ko
  • JPEG - 564 ko JPEG - 564 ko
  • JPEG - 611.9 ko JPEG - 611.9 ko
  • JPEG - 387.8 ko JPEG - 387.8 ko
  • JPEG - 341.6 ko JPEG - 341.6 ko
  • JPEG - 822.5 ko JPEG - 822.5 ko
  • JPEG - 832.1 ko JPEG - 832.1 ko
  • JPEG - 534.8 ko JPEG - 534.8 ko
  • JPEG - 990.8 ko JPEG - 990.8 ko
  • JPEG - 408.1 ko JPEG - 408.1 ko
  • JPEG - 663.9 ko JPEG - 663.9 ko
  • JPEG - 360.2 ko JPEG - 360.2 ko
  • JPEG - 97.5 ko JPEG - 97.5 ko
  • JPEG - 558.9 ko JPEG - 558.9 ko
  • JPEG - 134.8 ko JPEG - 134.8 ko
  • JPEG - 313 ko JPEG - 313 ko
  • JPEG - 706.9 ko JPEG - 706.9 ko
  • JPEG - 483.4 ko JPEG - 483.4 ko
  • JPEG - 441.7 ko JPEG - 441.7 ko
  • JPEG - 397 ko JPEG - 397 ko
  • JPEG - 657.4 ko JPEG - 657.4 ko
  • JPEG - 959.1 ko JPEG - 959.1 ko
  • JPEG - 508.7 ko JPEG - 508.7 ko
  • JPEG - 761.9 ko JPEG - 761.9 ko
  • JPEG - 563.1 ko JPEG - 563.1 ko
  • JPEG - 486.1 ko JPEG - 486.1 ko
  • JPEG - 585 ko JPEG - 585 ko
  • JPEG - 421.5 ko JPEG - 421.5 ko
  • JPEG - 248.9 ko JPEG - 248.9 ko
  • JPEG - 573.9 ko JPEG - 573.9 ko
  • JPEG - 425.8 ko JPEG - 425.8 ko
  • JPEG - 688.7 ko JPEG - 688.7 ko


Météo

Marseille, 13, France

Conditions météo à 18h30
par weather.com®

Clair de lune voilé

18°C


Clair de lune voilé
  • Vent : 41 km/h - est nord-est
  • Pression : 997 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 22 avril
par weather.com®

Inconnu

Max 18°C
Min 13°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 23 avril
par weather.com®

Averses

Max 16°C
Min 12°C


Averses
  • Vent : 28 km/h
  • Risque de precip. : 70%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 24 avril
par weather.com®

Averses

Max 15°C
Min 11°C


Averses
  • Vent : 25 km/h
  • Risque de precip. : 100%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 25 avril
par weather.com®

Averses

Max 16°C
Min 10°C


Averses
  • Vent : 32 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 26 avril
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 17°C
Min 8°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 27 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 27 avril
par weather.com®

Vent

Max 18°C
Min 10°C


Vent
  • Vent : 32 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 avril
par weather.com®

Soleil voilé

Max 20°C
Min 10°C


Soleil voilé
  • Vent : 25 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<< Prévisions


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur